Education spécialisée

Prévue pour les personnes avec des handicaps divers, l’éducation spécialisée consiste à mettre à leur disposition les moyens nécessaires pour leur incorporation dans la société.

Ce métier a vu le jour en Europe, et l’appellation « éducateur spécialisé » a été donnée à tous ceux qui le pratiquent à partir du XXe siècle.

Définition de l’éducation spécialisée et description du métier

L’éducation spécialisée constitue une discipline éducative qui consiste à aider des adolescents ou des adultes à travailler sur eux-mêmes afin de s’adapter à la société.

Elle concerne notamment les personnes qui présentent certains handicaps sociaux, psychiques, éducatifs ou sanitaires. À partir de valeurs précises, de savoir-faire et de savoir-être, elle leur inculque des connaissances bénéfiques avec des méthodes différentes de l’ordinaire.

De cette définition, celui qui se charge de ces tâches reçoit l’appellation d’éducateur spécialisé.

À quoi ressemble le métier d’éducateur spécialisé ?

Éducateurs spécialisés et enseignants “classiques” collaborent de plus avec certains thérapeutes afin de répondre aux besoins particuliers de l’élève.

Le travail peut être très exigeant sur le plan émotionnel et épuisant sur le plan physique. De nombreux éducateurs sont soumis à un stress considérable en raison de leur lourde charge de travail et de leurs tâches administratives.

Ils doivent produire une quantité importante de documents indiquant les progrès de chaque élève et travailler “sous la menace” d’un litige contre l’école ou le district par les parents si les procédures correctes ne sont pas suivies (ou si les parents estiment que leur enfant ne reçoit pas une éducation adéquate).

Toutefois, les lois récemment adoptées visent à réduire le fardeau de la paperasserie et la menace de litiges.

La fonction d’éducateur

Son principal rôle reste d’amener les individus en difficulté à restaurer ou à maintenir leur autonomie, et à s’intégrer progressivement dans la société. L’éducateur spécialisé possède des étudiants au sein des services sociaux, à la protection de l’enfance et dans de nombreux autres cadres.

Troubles du spectre autistique (TSA)

Les troubles du spectre autistique désignent une déficience de développement qui affecte de façon significative la communication (verbale et non verbale) et l’interaction sociale.

Ces symptômes se manifestent généralement avant l’âge de trois ans et nuisent à la scolarité de l’enfant.

Les autres caractéristiques d’identification des personnes atteintes de TSA sont l’engagement dans des activités répétitives, la difficulté au changement d’environnement/routine et les réponses inhabituelles aux stimuli sensoriels.

Surdité et cécité

La surdicécité se réfère aux déficiences visuelles et auditives concomitantes.

Cette combinaison entraîne des besoins en matière de communication, de développement et d’éducation qui ne peuvent être comblés par des programmes d’éducation destinés uniquement aux enfants aveugles ou sourds.

La surdité signifie que la déficience auditive d’un enfant est si grave qu’elle affecte le traitement de l’information linguistique avec ou sans amplification et nuit à son rendement scolaire.

Retard de développement

Le retard de développement est un terme désigné pour les enfants de la naissance à l’âge de neuf ans et se définit comme un retard dans un ou plusieurs des domaines suivants :

  • développement cognitif
  • développement physique
  • développement socio-émotionnel
  • développement comportemental

Troubles émotionnels

Les troubles émotionnels désignent un état qui présente une ou plusieurs des caractéristiques suivantes :

  • incapacité d’apprendre
  • incapacité d’établir et/ou de maintenir des relations interpersonnelles
  • comportements ou sentiments inappropriés dans des circonstances normales
    tendance à développer des symptômes physiques ou des peurs associés à des problèmes personnels ou scolaires

Déficience intellectuelle

La déficience intellectuelle est définie comme un fonctionnement de l’intelligence globale nettement inférieur à la moyenne avec parallèlement des déficits de comportement qui se manifeste pendant la période de développement de l’enfant.

Affections orthopédiques

Les déficiences orthopédiques désignent les déficiences orthopédiques graves qui nuisent au rendement scolaire d’un enfant. Celles-ci peuvent être des déficiences causées par des anomalies et des maladies congénitales, ainsi que les déficiences attribuables à d’autres causes (paralysie cérébrale par exemple).

Autres troubles

Toute déficience dans la capacité d’écouter, de penser, de lire, d’écrire, d’épeler et/ou de faire des calculs mathématiques.

on y retrouve des affections telles que les déficiences perceptuelles, la dyslexie (dyscalculie, dysgraphie également), les lésions cérébrales, un dysfonctionnement cérébral minimal et l’aphasie de développement.

Troubles de la parole et du langage

Les troubles de la parole ou du langage désignent les troubles de la communication tels que le bégaiement, les troubles de l’articulation ou les troubles du langage ou de la voix qui ont un effet négatif sur le rendement scolaire d’un enfant.

Voici quelques-unes des personnes qu’il encadre :

  • Les mineurs en danger ou sous de grandes menaces ;
  • Les parents incapables d’assurer ou d’exercer leur autorité ;
  • Les adultes avec un handicap sensoriel, moteur ou psychique ;
  • Les mineurs, adultes ou familles en risque d’exclusion sociale (familles sans logement, chômeurs, travailleurs pauvres, etc.) ;
  • Les adultes enfants handicapes et les individus en phase de réinsertion sociale (sortant de prison ou de détention) ;
  • Les enfants handicapes socialement et les victimes d’infractions pénales (maltraitance, violence conjugale, inceste, etc.) ;
  • Les personnes d’un âge avancé ou avec une certaine dépendance (Alzheimer, démence, etc.).

Quelles études et quelles formations pour devenir educ spé ?

Les programmes d’éducation spécialisée sont conçus pour les élèves qui ont un difficultés, que ce soit des difficultés d’insertions, des problèmes sociaux, mental, des handicaps physiques, sensoriels ou psychologiques.

En raison de ces exigences particulières, les besoins de ces élèves (enfants ou adolescents) ne peuvent être satisfaits dans un environnement scolaire traditionnel.

Les programmes d’éducation spécialisée sont conçus pour adapter le contenu et les méthodes d’enseignement aux besoins appropriés de chaque enfant.

Beaucoup de progrès ont été réalisés dans ce domaine, principalement depuis la loi sur l’éducation pour tous les enfants handicapés de 1975 complétée par la loi du 11 février 2005 :  “Tout enfant handicapé est de droit un élève”.

Avant de recevoir le titre de « éducateur spécialisé », vous devez suivre une formation plus ou moins longue avec un BAC+3 et acquérir certaines compétences. L’ensemble de vos études se décompose en deux phases principales.

La formation professionnelle

Selon le modèle éducatif français, l’éducateur spécialisé doit suivre une formation de trois ans répartis comme suit :

  • 1450 heures de formation théorique ;
  • 2100 heures de formation avec pratique ;
  • 1490 heures de stage professionnel.

L’enseignement théorique comprend une série de quatre domaines de compétences que doivent maîtriser tous les étudiants avant le début de leur carrière.

Dans la première catégorie, ils acquièrent un accompagnement social et éducatif spécial composé de :

  • Instauration de la notion de relation
  • Construction de l’identité et développement des capacités
  • Assurance de la fonction de repère et d’étayage dans une démarche éthique
  • Organisation de l’intervention socio-éducative individuelle ou collective
  • Animation de la vie quotidienne

Au niveau du deuxième domaine de compétence, la formation met l’accent sur la conception et la conduite de projet éducatif spécialisé.

À cet effet, les futurs enseignants s’investissent dans l’élaboration, l’observation et l’analyse d’un programme éducatif bien défini. Ils devront aussi établir un diagnostic socio-éducatif parfait.

Le troisième domaine de compétence se consacre pour sa part à la communication professionnelle alors que le dernier instruit les apprenants sur leur implication dans les dynamiques partenariales, institutionnelles et interinstitutionnelles.

La certification

Une fois la formation théorique achevée, les étudiants doivent rechercher maintenant une certification en conformité avec l’annexe II Référentiel de certification de l’arrêté du 20 juin 2007 à Paris.

À cet effet, ils passeront une série de quatre épreuves terminales en rapport avec les domaines de compétence.

Chaque domaine devra être validé séparément, ce qui leur permettra d’obtenir le diplôme d’État d’éducateur spécialisé (DEES) avec une attribution de 180 ECTS.

Pour finir le cursus et recevoir le diplôme de validation des acquis d’expérience, les candidats doivent justifier des compétences professionnelles acquises dans toute sorte d’activité en rapport avec le diplôme pendant trois ans.

À quel salaire s’attendre ?

La rémunération pour le métier varie en fonction du niveau d’étude de chaque enseignant. Ainsi, le plus bas salaire peut se retrouver à 1480 €. Par contre, pour ceux qui ont suivi des études approfondies ou qui disposent d’un diplôme d’État d’éducateur technique spécialisé, le salaire atteint les 1999 €.

Les grandes méthodes de traitement des troubles d’apprentissage

L’éducation spécialisée se base sur un programme spécifique établi en fonction de chaque individu et de ses problèmes particuliers. L’enseignant devra alors trouver les moyens adaptés à chacun de ses étudiants pour leur permettre d’assimiler les notions.

Voici quelques méthodes parmi les plus utilisées :

  • L’usage intensif de technologies
  • La stimulation des zones d’apprentissage concernées
  • L’emploi des ressources adaptées à chaque handicap
  • Des programmes d’un haut degré d’autosuffisance
  • Autres services additionnels

Quelle législation en France ?

À Paris, Lilles, Marseille et dans différentes autres régions, les éducateurs spécialisés se soumettent à de diverses règles judiciaires. Par exemple, l’Action Educative en Milieu Ouvert représente une mesure judiciaire civile au bénéfice de plusieurs enfants d’une même famille.

Le professionnel de l’éducation spécialisée constitue dans ce sens un intermédiaire entre les institutions et la famille de ses étudiants. D’ailleurs, il exerce son métier dans le cadre d’une action sociale et va à la rencontre des jeunes dans des milieux réservés pour l’occasion.

La loi prévoit aussi une ordonnance de placement provisoire après un contrat avec les parents, pour mettre les enfants dans des maisons d’accueil ou auprès d’un assistant service social.

Devant la législation française, les agents de l’éducation spécialisée possèdent les responsabilités que voici :

  • La responsabilité professionnelle
  • La responsabilité envers la personne
  • La responsabilité envers la société
  • La responsabilité envers l’employeur

Avec les exigences qui entourent ce métier et les politiques mises en place pour sa pratique, de moins en moins d’individus s’y aventurent.

Alors que les carrières sociales devraient connaitre de réels soutiens, les éducateurs spécialisés disposent de moyens très limités, ce qui rend problématique l’avenir du métier.